21 Métaphores Philosophiques | Complet


21 Métaphores philosophiques | Complet

COMPRENDRE DES PHILOSOPHES ET DES CONCEPTS EN 1 IMAGE

 21 images de vulgarisation philosophique. Ces images nécessitent une attention active, les réponses y sont, cependant c’est aux lecteurs de s’y immerger suffisament pour en retirer toute la richesse et la profondeur des pensées issues de l’écrit.

21metaphores philosophie guillaume deloison

En PDF:

21-metaphores-philosophiques

Article de blog:

21 Métaphores Philosophiques | Partie 1

21 Métaphores Philosophiques | Partie 2

21 Métaphores Philosophiques | Partie 3

Ce contenu est en libre accès, je vous invite à le partager le plus possible et à me suivre sur les réseaux sociaux.
Si vous voulez me soutenir, je vous invite à aller sur ma page tipee

El leér Numéro 2


El leér

Du pinceau du concret, il s’agit d’amener la poésie de l’abstrait.
Il faut déconstruire les motifs de nos perceptions, pour admirer des brisures du réel, les simples nuances.

Je vous invite à découvrir cette vidéo qui m’a beaucoup inspirées pour cette article

Lire la suite

Symétrie, caractère du vivant Numéro 2


Symétrie, caractère du vivant 2

Il est curieux de plier le chaos, de le lire à travers l’équilibre et la symétrie,
et de contemplation y voir naître des entités, des empreinte du vivant

 

Inspiré par l’image célèbre de l’homme de De Vinci, une idée me vint. La symétrie était donc une caractéristique du vivant. Effectivement ce n’est pas exactement ce que l’image démontre, mais c’est, ce qui de mon esprit, a éclos. Je voulu alors mettre à l’épreuve cette idée. J’ai donc réalisée plusieurs images semblables à celles ci-dessous pour voir si quelque chose y naissait. Je constatais alors avec amusement qu’effectivement la symétrie permettait l’apparition de forme issu du vivant tels des visages ou des animaux. Et puis c’est agréable à regarder, il faut laisser le temps à notre perception de saisir l’image puis il devient très intéressant de sauter d’une perspective de perception à une autre.

Lire la suite

El leér


Je vous invite à découvrir cette vidéo qui présente des concepts qui m’on inspirées pour cette article

Pour faire court, notre cerveau nous permet d’interpréter très vite énormément de choses de notre environnement. Cela grâce à des aires du cerveau qui s’occupe d’interpréter l’image perçu par les yeux. Le jeu a donc était de brouiller cette capacité par différent changements de l’image, afin de s’extraire de ces schéma.

El leér

Du pinceau du concret, il s’agit d’amener la poésie de l’abstrait.
Il faut déconstruire les motifs de nos perceptions, pour admirer des brisures du réel, les simples nuances.

Musique qui m’a accompagné:

Twin Empire - Pallid-06

Lire la suite

Symétrie, caractère du vivant


Symétrie, caractère du vivant

Il est curieux de plier le chaos, de le lire à travers l’équilibre et la symétrie,
et de contemplation y voir naitre des entités, des empreinte du vivant

Inspiré par l’image célèbre de l’homme de De Vinci, une idée me vint. La symétrie était donc une caractéristique du vivant. Effectivement ce n’est pas exactement ce que l’image démontre, mais c’est, ce qui de mon esprit, a éclos. Je voulu alors mettre à l’épreuve cette idée. J’ai donc réalisée plusieurs images semblables à celles ci-dessous pour voir si quelque chose y naissait. Je constatais alors avec amusement qu’effectivement la symétrie permettait l’apparition de forme issu du vivant tels des visages ou des animaux. Et puis c’est agréable à regarder, il faut laisser le temps à notre perception de saisir l’image puis il devient très intéressant de sauter d’une perspective de perception à une autre.

 

Ces images abstraite sont réalisées à partir de superpositions de plusieurs sources tels que Disney ou Zoria Forman trouvées sur internet. J’y ai ensuite ajouté un effet de symétrie.

Elles sont accompagnées des musique que j’écoutais lors de leurs réalisations.

Hand’s light

Cosmograma

 

Lire la suite

Sculpter l’intention Numéro 2


Cristalliser la subjectivité du chaos

Il s’agit de laisser le stylo glisser sur le papier, du plus librement, de la manière la plus intuitive, s’exprimer.

Il faut cristalliser l’intention, saisir le mouvement qui naît du rapport le plus intuitif au papier.

C’est l’essence même de l’esprit, l’intention, seconde après seconde, trait après trait, qui prend place et crée cette multiplicité.

Puis il est de la subjectivité de l’auteur de faire surgir l’unicité, sculpter l’intention et du chaos faire émerger l’oeuvre.

Prendre place dans le chaos, le rendre subjectif, la est le fait même d’incarner le monde, là est le plus constitutif des plis

Guillaume Deloison

Donc comme vous l’avez compris, ces « dessins » ont étaient réalisés en deux temps. D’abord la constitution d’un chaos de forme et de trait, et ensuite l’accentuation de certaine arrêtes.
Ces dessins s’accompagnent également d’une musique, celle que j’ai écoutée lors de l’exercice .

10-01

Lire la suite

Sculpter l’intention


Voici les premiers travaux visuels que je vous livre.

Tout comme mon élan pour la philosophie, mon envie de créer des oeuvres visuels m’est cher. J’espère donc encore une fois ne pas tomber dans des lieux communs banals et prendre plaisir à faire découvrir mes carnets gribouillés

Mes premier travaux résultent d’une réflexion, d’un concept, fortement ancré dans ma philosophie. Le texte qui suit en est la description et la formulation.

Cristalliser la subjectivité du chaos

Il s’agit de laisser le stylo glisser sur le papier, du plus librement, de la manière la plus intuitive, s’exprimer.

Il faut cristalliser l’intention, saisir le mouvement qui naît du rapport le plus intuitif au papier.

C’est l’essence même de l’esprit, l’intention, seconde après seconde, trait après trait, qui prend place et crée cette multiplicité.

Puis il est de la subjectivité de l’auteur de faire surgir l’unicité, sculpter l’intention et du chaos faire émerger l’oeuvre.

Prendre place dans le chaos, le rendre subjectif, la est le fait même d’incarner le monde, là est le plus constitutif des plis

Guillaume Deloison

Donc comme vous l’avez compris, ces « dessins » ont étaient réalisés en deux temps. D’abord la constitution d’un chaos de forme et de trait, et ensuite l’accentuation de certaine arrêtes.
Ces dessins s’accompagnent également d’une musique, celle que j’ai écoutée lors de l’exercice .

Shlohmo – Bad vibes

DSC_0154

Lire la suite

Le langage, Construction personnelle de ce patrimoine collectif


Le langage, Construction personnelle de ce patrimoine collectif

L’on pourrait croire que le langage est l’une des choses les plus objectives, car il ne sert que  de lien pour exprimer une idée. Et il est vrai que hors de tout contexte historique, sociologique ou autre, le langage vide de sens devient objectif. Mais le contexte quel qu’il soit est toujours là et ses mots sont alors à remplir, et tout comme les contextes sont changeant de par l’histoire de chacun, les sens des mots sont eux aussi changeant. Le langage est une construction personnelle, chacun rempli de sens ces mots, ce patrimoine commun. Chacun se construit sa propre interface de communication qui a ses propres spécificités. C’est alors que s’est crée une incohérence entre le mot et son idée qui est difficilement perceptible car le mot est comme un bol dont l’eau qui le remplit en est l’idée. De l’extérieur tous ces bols peuvent sembler identiques mais l’eau, ce sens attribué à chacun est nuancé chez tous. Une fois utilisé le langage devient alors effectif et pour chaque individu le signifiant et le signifié ne deviennent qu’un, Le signifiant devient les limites de l’idée, le signifié devient le signifiant et rien d’autre. Et c’est justement ce choc de signification créé par cette incohérence entre le langage rigide et ses sens changeant qui créé des discordes, car finalement les discordes sont des débats de sens. Mais le mot est plus, le mot est invocateur, à sa prononciation c’est un monde qui se dessine pour et par chacun. Un premier individu n’imaginera pas une chaise comme l’imagine le deuxième. Mais le mot reste un outil, et il ne fait pas plus que de poser en sujet des signifiés qui n’on aucunement besoin de lui pour être. Le langage reste un outil de perception humain, le monde dépasse notre entendement comme il dépasse et n’a que faire de nos mots.

Le mot est comme un cadeau, C’est une boite commune à tout autre mais riche de sens pour celui qui le donne.

Guillaume Deloison.