21 Métaphores Philosophiques | Complet


21 Métaphores philosophiques | Complet

COMPRENDRE DES PHILOSOPHES ET DES CONCEPTS EN 1 IMAGE

 21 images de vulgarisation philosophique. Ces images nécessitent une attention active, les réponses y sont, cependant c’est aux lecteurs de s’y immerger suffisament pour en retirer toute la richesse et la profondeur des pensées issues de l’écrit.

21metaphores philosophie guillaume deloison

En PDF:

21-metaphores-philosophiques

Article de blog:

21 Métaphores Philosophiques | Partie 1

21 Métaphores Philosophiques | Partie 2

21 Métaphores Philosophiques | Partie 3

Ce contenu est en libre accès, je vous invite à le partager le plus possible et à me suivre sur les réseaux sociaux.
Si vous voulez me soutenir, je vous invite à aller sur ma page tipee

Publicités

Pourquoi l’agriculture biologique est plus efficace que les OGM ?


Pourquoi l’agriculture biologique est plus efficace que les OGM ?

Les OGM arrivent en Europe. Monsanto, une entreprise leader, déclare vouloir nourrir le monde. En sélectionnant des gènes particuliers, ils veulent augmenter la performance des exploitations. Mais cette approche est en échec, cette philosophie agricole est une impasse. L’agriculture biologique est même aujourd’hui plus performante que les OGM, voyons pourquoi.

Le processus de sélection des OGM sont inadapté à la complexité Guillaume Deloison philosophie

Lire la suite

Pourquoi une démocratie véritable est nécessaire ?


Pourquoi une démocratie véritable est nécessaire ?

Se donner des représentants ce n’est pas avoir le pouvoir. Notre démocratie n’en est pas une. Au mieux elle est à l’écoute du peuple mais ce n’est pas lui qui gouverne. Il n’est pas possible que tout le monde fasse de la politique ? Notre technologie nous permet aujourd’hui d’autres organisations, la démocratie réelle devient donc possible, mais à notre époque, elle en devient même nécessaire.

Notre élite est culturellement ncapable de relever les défis philosophie guillaume deloison democratie réelle Lire la suite

Pourquoi le piratage est bon pour les artistes ?


Pourquoi le piratage est bon pour les artistes ?

 

Il est difficile pour un artiste de vivre de son art. Pour les protéger et les soutenir on a créé le droit d’auteur. Pourtant maintenant que le piratage, le streaming et le partage font partie de nos habitudes, et font contribue au succès de nombreux artistes. Pourquoi le droit d’auteur n’est-il donc pas efficace pour rémunérer les artistes ?

Le partage c'est la logique de la culture guillaume deloison piratage

Lire la suite

Pourquoi la neutralité du net est primordiale ?


Pourquoi la neutralité du net est primordiale ?

Internet a bouleversé nos habitudes culturelles de par sa conception technologiquement différente de la télévision. La neutralité veille à ce qu’internet préserve cette spécificité. Pourquoi cette opposition est donc primordiale ?

Les bites ont été créés égaux neutralité du net guilolaume deloison philosophie

Lire la suite

Pourquoi notre laicité est en échec ?


Pourquoi notre laicité est en échec ?

Choc des cultures, on pense y répondre par notre belle laïcité. Face au danger des religions et des idéologies, notre laicité serait la réponse à coup de restriction. Agité comme un totem de vérité, cette arme de concept échoue pourtant à résoudre les oppositions. Notre laicité est en échec, pourquoi ?

492478 Lire la suite

21 Métaphores philosophiques | Partie 2


21 Métaphores philosophiques | Partie 2

COMPRENDRE DES PHILOSOPHES ET DES CONCEPTS EN 1 IMAGE

Je suis heureux de vous présenter un de mes nouveaux projets qui se verra décliné en 3 parties pour composer un document final de 21 images de vulgarisation philosophique. Ces images nécessitent une attention active, les réponses y sont, cependant c’est aux lecteurs de s’y immerger suffisament pour en retirer toute la richesse et la profondeur des pensées issues de l’écrit.

MÉTAPHORES PHILOSOPHIQUES guillaume deloison

Lire la suite

Exercices créatifs


3 textes écrits en 7 minutes chacun.

LE MAGAZINE DE JOUET

Je suis la guerre, ou bien la course. La dînette ou l’ordinateur. Tout dépend des jours et des pages. Généralement on me feuillette, ou plutôt on me ventile, ça me donne l’impression d’avoir plein d’idée, d’être riche et différent. Mais avec le temps je me suis posé quelques questions, c’est surtout que ça me surprend, je suis quand même souvent ouvert à la même page. Lire la suite

L’élitisme, fléau français


l'élitisme-01

Ce qu’il y a d’ironique dans l’élitisme, c’est qu’à vouloir mettre la culture, le savoir et les capacités en avant, pour justement développer au mieux ses aspects de l’activité humaine, l’élitisme crée justement tout le contraire.

La création de disparités aussi violentes, cette culture élitiste, presque royaliste, héritée de notre histoire, nous pousse à penser que la façon la plus naturelle d’apprendre est de répéter ce que d’autres nous enseignent de manière strictement identique, et ce tout au long de notre scolarité. Nous somme évalués sur notre capacité à reproduire le même travail que ce qu’il nous a été demandé. La créativité, ou la personnalité n’a pas sa place dans l’élitisme, il y a la bonne façon de faire les choses et pas d’autres. C’est d’ailleurs pour ça qu’à la sortie des écoles françaises, les enfants n’ont plus confiance en eux. Jamais il ne leur a été demandé de s’exprimer, de créer, de se réaliser, ou peut-être tout au plus en maternelle.

Cette frustration des uns, ne crée pas cependant de reconnaissance des autres. En effet, portée sur un piédestal, la culture crée un sentiment d’injustice, ou encore de colère pour ceux qui ont plus de mal avec les schèmes préétablis. À défaut de créer un engouement pour la culture et le savoir, on se retrouve donc avec une lutte de pouvoir et de reconnaissance. Dans ce jeu des pouvoirs, la culture a pris fonction d’arme pour sanctionner et diviser. La culture n’est plus l’enfant d’une nation et son peuple, mais les décorations d’une élite.

Ce constat a pour effet de créer un désamour de la culture. Le peuple, la majorité tourne au ridicule la culture, et le principe même d’en posséder. C’est l’image du premier de la classe que tout le monde nomme « intello ». Il n’est pas bon d’avoir beaucoup de culture au quotidien. Même si au premier abord, les gens se taisent et écoute, souvent c’est un sentiment négatif qui marquera les esprits si l’information n’est amenée que pour elle-même. Le savoir se doit d’être humble, et lorsqu’il ne l’est pas, il perd toute sa force et sa sagesse. Lorsqu’il perd sa fonction libératrice, L’esprit ne peut que détester cet enfermement.

Mais en plus de créer une division sociale, la culture en paie aussi le prix. Délaissée par la majorité, elle a perdu cette force du collectif qui est intrinsèquement source de développement pour les idées. La circulation des idées qui permet l’émergence de contenu culturel est entravée par le désintérêt des masses. Car en plus de paraître pour certains inaccessible, la culture portée par l’élite à les faiblesses de l’aveuglement de ces derniers. Ces élites qui de tout temps, ont toujours ignoré le caractère actuel de la culture au point de l’ignorer, de déplorer une acculturation, avant de finalement tomber, par leurs erreurs de jugement. Processus naturel si lorsqu’on construit un monde, ce qui est souvent la place des élites, la politique, les médias, l’on ignore les signaux faibles d’une société.

Heureusement, c’est un phénomène qui grâce à internet et ses valeurs collaboratives, tend à diminuer. En effet c’est un monde aux valeurs horizontales qui se dessine et qui permet l’émergence d’une culture populaire de plus en plus forte, déjà annoncé quelques décennies plus tôt par le concept de contre-culture. Malheureusement il n’y a pas non plus que des chefs d’œuvre dans la culture populaire, et ce culte de la stupidité (voir la pub de diesel, Be stupid, par exemple) peut en effet sembler pathétique. Il nous faudra donc faire preuve d’audace pour détruire les limites entre toutes les cultures, pour enfin en voir renaître une riche et multiple.

Guillaume Deloison

Je profite de cette article pour  vous  partager le fait que je publie peu
car j’écris beaucoup par ailleurs,
notamment des projets
de plus grande envergure.

L’art comme l’âme d’une société


L’art comme l’âme d’une société

A mon sens l’art ne se résume pas par certaines pratiques ou activités. Ce n’est pas cette somme de règles de syntaxes ou la façon de réaliser un tracé, au contraire. L’art est pour moi beaucoup plus brut et se passe de bienséance, de règles ou de beau. L’art est à mon sens l’incarnation de l’âme d’une société. L’incarnation de ce qui touche l’homme, de ce qui le fait réfléchir, qui le fait s’arrêter, et peut importe que ce soit beau, semblable ou contraire à tous ce qui à était fait auparavant car cette manifestation touche et incarne des pensées. Qu’à ton faire de la forme quand c’est le fond qui compte, qu’a ton faire du critère de « beau » quand il ne demande qu’à être trouvé dans chaque œuvre.

c’est parce que chaque oeuvre est ancrée dans une société qu’elle en est son âme, sa matière sensible

      Il me semble que le travail de l’artiste est d’être créateur avant tout, ou plutôt géniteur. Car l’artiste d’une société pouvant appréhender toutes les spécificités de son lieu de vie, après un effort de maïeutique donnera au monde une représentation, une incarnation de sentiments, d’émotions. C’est cela à mon sens un effort artistique. C’est nourrir le monde d’émotions communes et fortes pour un grand nombre

C’est en ce sens que pour moi l’art est représentative de l’ame d’une société, par le caractère commun et leur somme qui forment comme une entité propre et sensible, touchant l’ensemble d’une société. Et c’est par ce qu’elle est ce qui touche une société qu’elle est comme son âme, sa matière sensible.

Guillaume Deloison.

La raison, Marque personnelle de son appartenance à l’humanité


La raison, Marque personnelle de son appartenance à l’humanité

                Les débats, les disputes ont toujours mis au jour un phénomène qui m’intrigue. Cette façon qu’a chaque individu d’exposer ses idées et d’user de raison comme si ses derniers dires devaient écraser tout ce qui s’était dit auparavant. Mais le plus amusant ce n’est pas ca, car jusque là rien de bien étonnant, c’est plutôt la réaction de l’interlocuteur qui toujours s’amuse et répond de la même façon pour finalement intervertir les rôles. Je trouve ca réellement intéressant de voir combien chacun semble justifier ses dires par la raison. Une raison qui finalement est bien personnelle car elle ne fait pas écho chez l’autre en face. Et pourtant même si les arguments de chacun semblent dépourvus de raison pour l’autre, ils s’accordent à attribuer une importance capitale à user de raison.

La raison est cette empreinte faite par la culture.

                L’homme est à mon sens, un animal de raison car il est tout comme cette dernière issu de la nature, d’une logique mécanique et naturelle mais est aussi culture. La raison pourrait alors pour moi se résumer dans l’équation suivante : Raison=Logique+Culture car il est clair que la raison ne fait pas preuve partout aux mêmes endroits dans chaque culture, cette dernière a donc un rôle. Une fois la logique influencée, elle ne peut rester pure logique, elle est donc à mon sens raison. Pour certains, c’est par raison que l’on arrive à l’évidence de l’existence de Dieu, tandis que d’autres appellent encore à la raison pour prouver son inexistence

                La raison est donc alors comme une marque, et non un outil, de la culture sur la nature. Non un outil car la raison n’est pas à la disposition de tous, elle est constitutive même de chaque être qui en use instinctivement et comme chaque culture est différente, chaque éducation est différente alors chaque marque est personnelle. C’est donc pour ça qu’à mon sens elle est la marque personnelle que chaque homme a son appartenance à l’humanité. La raison est donc à la fois personnelle et communautaire à l’image des sujets qui l’opposent.

Guillaume Deloison.