FORME ET GRIBOUILLI


N’ayant aucunes compétences en dessin, tout au plus quelques notions qui me viennent de différentes expériences au long de ma vie, et vivant à une époque ou des artistes ne voulant rien dire sont tout a fait reconnu comme de grands peintres abstrait, je me suis lancé dans l’expérience esthétique.

Depuis longtemps je gribouille et sculpte des formes comme j’aime le dire. J’ai voulu pousser cela un peu plus loin alors j’ai commencé par faire un fond plus ou moins coloré, pour après gribouiller plus ou moins frénétiquement dessus. Mon regard se perd ensuite de nombreuses minutes au milieu des courbes puis je sélectionne certaine lignes que je repasse afin d’en extraire une forme que j’accentue par quelques ombrages et différents motifs lui donnant du volume.

J’aime l’art sous toutes ses formes. J’aime l’art comme j’aime la vie mais je déteste l’autorité et l’imposture qui y règne actuellement, aussi bien dans l’un que dans l’autre. Ces œuvres sont traversées par cette réflexion.

J’aime qu’on perçoivent encore les gribouillis de base. Comme des traits de construction, ils mettent à jour le processus créatif et dépouille l’œuvre de tout mystère. C’est justement la simplicité du procédé, le contraste entre sa méthode et son résultat qui lui donne toute sa force. Le mystère n’est qu’illusion, la beauté qui se donne à voir ici ne puise pas dans l’ignorance.

N’importe qui peut se lancer dans une tel réalisation. Il ne s’agit pas de dire que tout art doit être simpliste, mais qu’avec un peu d’engagement on peut atteindre des résultat surprenant. J’aime penser ces œuvres comme des invitations à la création, des invitations à embrassé une expression esthétique vivifiante comme la vivacité des traits le signifie.

La réflexion la plus abstraite que m’évoque ces œuvres concerne la raison. J’aime l’évidence qui émerge du chaos des lignes. L’encre se dépose, les mouvements se précise et de tout cela éclot une forme. La forme se compose rationnellement de l’enchevêtrement des courbes.

Une définition de la raison est : Ce qui éclaire. C’est ici le chaos qui s’illumine.

Guillaume Deloison

Ce contenu est en libre accès, je vous invite à le partager le plus possible et à me suivre sur les réseaux sociaux.
Si vous voulez me soutenir, je vous invite à aller sur ma page tipee

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s