Pourquoi le piratage est bon pour les artistes ?


Pourquoi le piratage est bon pour les artistes ?

 

Il est difficile pour un artiste de vivre de son art. Pour les protéger et les soutenir on a créé le droit d’auteur. Pourtant maintenant que le piratage, le streaming et le partage font partie de nos habitudes, et font contribue au succès de nombreux artistes. Pourquoi le droit d’auteur n’est-il donc pas efficace pour rémunérer les artistes ?

Le partage c'est la logique de la culture guillaume deloison piratage

Le but du droit d’auteur est de protéger les artistes. Pour cela, on a construit le concept de  propriété intellectuelle. Sur l’analogie de la propriété, on a construit un concept qui devait protéger les biens culturels, comme les biens matériels. On est donc partis sur le postulat que les biens culturels fonctionnaient comme les biens matériels. Le capitalisme a étendue sa forme de la propriété, la propriété privée à l’art. Le système capitaliste a intégré l’art a ses rapports marchands, sanctionnant ce qui y échappe, comme on peut le voir avec les fermetures de sites de streaming comme t411

Étudions la réalité anthropologique de la culture. Comment vivent et se développent les idées dans une population? Le biologiste Richard Dawkins décrit la culture comme une population de « mêmes ». Ceux-ci, comme les gènes sont des  « programme autorépliquants ». Ces unités culturelles, ces histoires, ces « mêmes » incitent les individus à certains comportements, comme raconter le « même », faire une blague… Ce qui a pour effet de créer une copie enregistrée par un autre individu. Les « mêmes » qui ont les qualités nécessaires, sont alors les plus partagés et perdurent ainsi dans la culture.

La force d’une idée est donc dans sa reproductivité. Dans ce qu’on appelle aujourd’hui par abus de langage, le partage. Avant le partage c’était diviser, aujourd’hui partager veut de plus en plus dire donner aux autres, mais conserver tout autant.  La porté d’une œuvre est donc dans le lien qu’elle créée, dans la communauté (ceux qui ont en commun) qu’elle créée. Il semble assez évident que si une idée n’est pas partagée alors elle disparaîtra.

 

Les idées comme les génes se diffusent par la réplication guillaume deloison piratage bon pour la culture

Une fois qu’on a dit ça, le parallèle avec le numérique et internet est rapide. Le piratage, le partage numérique n’est pas un vol, le fichier n’est pas soustrait à son propriétaire, les fichiers sont dupliqués, puis partagés à travers le réseau.

Internet permet aux œuvres de laisser une trace effective du partage et de la duplication de la culture à travers le réseau. Cette logique du partage est plus puissante pour un artiste pour plusieurs raisons concrètes.

Plus de visibilité

Plus de viralité

Une neutralité qui permet une dispersion de la culture

Facilité de collaboration

Je vous invite à découvrir ce documentaire sur le procès de The Pirate Bay. On peut y découvrir l’avis du sociologue Roger Wallis qui explique que le piratage a un effet positif sur la culture. Les pirates consomment en effet 7 fois plus de produits culturels. Le fait d’avoir accès a autant de culture conduit naturellement à y investir plus. C’est d’une logique évidente, JulFou l’exprime très bien d’ailleurs.

Roger Wallis piratage consomment 7 fois plus de produit culturel guillaume deloison

Cette logique est déjà une réalité, la situation des artistes est aujourd’hui meilleure que jamais ( « Internet a peut-être plus fait pour réduire les inégalités structurelles de l’économie culturelle que certaines sociétés de droit d’auteur en deux siècles. » ADAMI ). L’historien David Hunter explique d’ailleurs que l’instauration du droit d’auteur pour les œuvres musicales à la fin du XVIIIsiècle n’avait pas entraîné d’amélioration « sur les revenus des compositeurs ».

Cet épisode de DATAGUEULE présente très bien la réorganisation en cours dans l’économie culturelle.

Cela marche aussi pour les brevets par exemple, c’est toute l’épopée des modèles ouverts qui se développe actuellement. Et aujourd’hui des politiques sont imprégnés de cette logique, comme le Parti pirate qui fait avancer ce débat à la table des négociations. Cela n’empêche pas de mettre des limites pour prévenir des dérives. Julia Reda travaille justement actuellement à modifier de manière législative le droit d’auteur. Vous trouverez plus de précisions législatives aussi sur le site de la quadrature du net. L’idée principale est de protéger les artistes de leurs rapports de force avec les majors, d’élargir le droit à la citation, et au remix pour adapter le droit d’auteur aux réalités de nos pratiques actuelles.

pourquoi le piratage est bon pour les artistes guillaume de loison philosophie

 

Mais tout ceci n’est pas nouveau, les principes libristes s’ancrent dans une continuité avec les pensées précédentes, comme une pensée libertaires sur les enjeux numériques. Toute cette problématique n’émerge que dans un système capitaliste. Système contre lequel les libertaire ont lutté-e-s. Internet facilite de nouvelles pratiques qui pourront être un atout déterminant dans l’organisation d’une société libre.

C’est une opportunité qui pourrait même nous permettre de sortir du rapport marchand que constitue aujourd’hui la culture. Ne voir les œuvres que comme des marchandises est le problème central que constitue la culture comme l’a défini T. W. Adorno. Le capitalisme et sa forme de propriété a investi l’art pour en faire un marché et le vider de son sens. L’art n’est plus aborder comme une composante d’une société, comme une expression de ce qui y est vivant et y contribue, mais comme une marchandise de plus, un moyen de profit. Cela impose un certain nombre de contraintes qui uniformisent les œuvres, et réduit les formes d’expression aux seuls formes marchandes ou comme on entend beaucoup « commercial ». Ces principes de partage ont tout a gagner à s’étendre à l’ensemble de la société, pour que chacun vivent décemment, les artistes comme les autres. Une société libertaire ou tout est commun, libre et ouvert.

Ce contenu est en libre accès, je vous invite à le partager le plus possible et à me suivre sur les réseaux sociaux.
Si vous voulez me soutenir, je vous invite à aller sur ma page tipee

Guillaume Deloison.

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Pourquoi le piratage est bon pour les artistes ?

  1. Pingback: Pourquoi l’agriculture biologique est plus efficace que les OGM ? | Guillaume Deloison

  2. C’est simple, le téléchargement vient du partage, le partage promeut l’artiste. Il y a pas longtemps j’ai acheté un album d’un tout petit artiste pas très populaire en me disant, ça va l’aider. Mais en y réfléchissant bien, si moi-même je le partage, j' »upload » son album sur Internet (à télécharger gratuitement), ça va lui permettre d’être plus connu. Donc au final, ça profite à l’artiste…
    Sinon très bon article et merci de nous rappeler que nous ne sommes pas forcément les « méchants ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s