La transcendance est la maïeutique de l’immanence


trscmaieutimman-01

 

Le vent doucement se lève,
l’arbre doucement s’élève.

D’une de ses branches, frêles,
une fleur se détache,
c’est la vie qui se dépasse.

Une parmi l’infini,
c’est la terre qu’elle nourri.
Elle n’est qu’ici et maintenant.
Elle incarne l’éternité au demeurant.

Subtil instant d’un tout immanent,
elle est une fin en soi et pourtant…

Le vent se lève, doucement,
et cette fleur, comme absolu commencement.
C’est presque transcendant.

Cette arbre qui se rapproche du dernier de ses jours,
voit naitre cette fleur sous le premier de ses jours.

Évoluant dans ce chaos de courants,
c’est un gracieux ballet entre elle et le vent.
C’est de cette fleur la plus belle des danses,
c’est pour le coeur un espoir, quand on y pense.

Au vent des passions,
que danse la raison.
Éveiller de nouvelles sensations,
découvrir de nouvelles émotions.

Accoucher de ses propres pensées,
de façon aimante, les partager.

Voir l’autre et soi-même comme le plus beau des prismes,
miroir et longue vue à la fois.
C’est l’univers qui danse,
au vent des photons.

La transcendance est la maïeutique de l’immanence

Ce contenu est en libre accès, je vous invite à le partager le plus possible et à me suivre sur les réseaux sociaux.
Si vous voulez me soutenir, je vous invite à aller sur ma page tipee

Guillaume Deloison.

 

Publicités