Et si j’écrivais ce que je vis?


Et si j’écrivais ce que je vis?

J’ai 19 ans, vie d’étudiant, la philo me passionne,
je doute pense et raisonne.

Je dois vivre dans le sens d’un monde
qui pour moi n’en a aucun.

La vie me parait courte j’ai déjà
l’impression d’en voir la fin.

Curieux, je voudrais me passionner de tous
mais le temps impose des choix, bien assez.

Le néant de mes conventions dérange, trouble.
On me dit non j’y réponds pourquoi?

Riche de paradoxes, je n’y vois que des idées complémentaires.

J’ai raisonné mon cœur, éduqué pour une vision du monde voulu
objective, absolu que je construisais.

J’ai voulu faire la synthèse, de 0, j’ai fais abstraction de tout
afin de déconstruire pour construire.

Oublié la géographie des idées ou leurs provenances
pour me pencher seulement sur l’essence
Citoyen du monde, j’ai comme l’impression d’incarner tous ses contresens.
Sans prétention, je ne suis qu’un homme égal à tout autre.

Mesuré l’histoire m’a appris combien les idées
Peuvent tuer, enfermer, torturer.
Religion, société, des codes dont j’ai voulu m’épargner
Car futiles et dénués de vérité
mais qui m’agressent jusque dans ma vie privée.

Je vis dans un monde de sens qui
pour moi n’en a aucun

Guillaume Deloison.

Publicités